Le sentier du littoral

 
Se rendre par la route littorale le Brusc-Sanary, RD 616 au lieu dit "Sauviou" où se trouve un joli petit port. A quelques mètres de ce dernier, sur le bord de la route, un panneau placé devant un escalier qui descend sur la plage indique le début du sentier du littoral. Il permet de rejoindre Le Brusc par la côte, puis d'atteindre le Cap Sicié et Fabrégas sur la commune de La Seyne en 6 heures environ. 
Le sentier débute dans des grès permiens reposant sur des schistes carbonifères, puis traverse une magnifique formation, datée du quaternaire (Würm), considérée aujourd'hui comme un "grès de plage" ou "beach rock" qui a pris naissance sur le littoral dans la zone intertidale à partir de sables éoliens transformés en grès à ciment calcaire. On le poursuivra jusqu'à la Pointe Nègre constituée de 2 coulées basaltiques brunes.

La flore est soumise à des conditions climatiques rudes (sècheresse estivale accrue par la violence des vents, notamment le mistral chargé d'embruns salés) et une fréquentation humaine intensive provoquant le tassement des sols.

On rencontrera quelques espèces des sables littoraux, des psammophytes (du grec psamma = sable : végétaux du sable) ou psammophiles (végétaux amis du sable).
- le Chiendent cassant (Agropyron junceum = Elymus farctus),
-
l'Euphorbe des sables  (Euphorbia paralias),
-
le Chardon bleu  (Eryngium maritimum),
-
la Luzerne marine (Medicago marina), 
-
la Corbeille d'argent (Lobularia maritima),
- la Roquette de mer (Cakile maritima sp aegyptiaca), 
- le Pied-de-lièvre (Lagurus ovatus),
-
la Frankénie hirsute (Frankenia hirsuta),
-
l'Anthyllide barbe-de-Jupiter (Anthyllis barba-jovis),
-
la Thymélée hirsute ou Passerine hérissée (Thymelea hirsuta), 

On rencontrera de nombreux spécimens de la flore halophile (chasmophytes, en touffes, enracinées dans les fissures des rochers maritimes).
- le petit Plantain à feuilles piquantes (Plantago subulata subsp. subulata)
-
l'Euphorbe petit-pin (Euphorbia pithyusa),
- la Petite saladelle (Limonium minutum subsp. pseudominutum),
- la Criste marine (Crithmum maritimum), 
- la Cinéraire maritime (Senecio cineraria),
- l'Immortelle jaune (Helychrisum staechas),
- la Luzerne arborescente (Medicago arborea), 
- le Tamaris de France (Tamarix Gallica),
- le Mésembryanthème comestible (Carpobrotus edulis),
- le Plantain corne de cerf (Plantago coronopus),

Dans les zones où se trouve une certaine pollution azotée dûe aux rejets humains ou aux déjections d'oiseaux de mer on rencontre:
- la Lavatère arborescente (Lavatera arborea)
- la Bette maritime (Beta maritima)
- le Pavot cornu (Glaucium flavum)
- l'Arroche halime (Atriplex halimus)...
- l' Arroche hastée (Atriplex hastata var salina),

Plus loin on atteint les anciennes coulées basaltiques de la Pointe nègre.

°Elles montrent les rosettes 

- d'Evax nain (Evax pygmea)
- de plantain (Plantago lagopus)

°des touffes en coussinets 
- de Romarin rampant (Rosmarinus officinalis)
- d'Armoise  de France (Artemisia gallica)
- de Matthiole (Matthiola incana)

°des tapis
- de Figuier de Barbarie (Opuntia)
- de Pâquerettes (Bellis annua) qui fleurissent au printemps
- de Phagnalon des rochers (Phagnalon saxatile)
- de Vipérine d'Italie (Echium italicum)


La Pointe Nègre a été classée dans l'Inventaire du Patrimoine Naturel de Provence-Alpes-Côte d'Azur (1) (de 1988 puis mis à jour au 01/01/2003 édition 2004) comme Zone Naturelle d'Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique (Znieff terrestre de type II) pour une superficie de 6,499 ha.
Cette zone est un "grand ensemble naturel riche et peu modifié (malgré l'urbanisation et notamment l'édification d'un jardin public) qui offre des potentialités biologiques importantes par son contenu patrimonial" (habitats et espèces vivantes).

En effet la Pointe Nègre abrite des habitats littoraux et des espèces vivantes de grande valeur écologique :

- habitats littoraux :
° formation à Saladelle naine Limonium pseudominutum,
° formation à Astragale de Marseille (Astragalus tragacantha) malheureusement de plus en plus réduite (quelques pieds) avec le plantain à feuilles en alène (Plantago subulata) et la passerine hirsute (Thymelea hirsuta)
° formation à Allium chæmemoly qui semble avoir disparu?

- Espèces déterminantes (qui justifient l'inscription à l'inventaire) :
° Astragalus tragacantha, A. echinatus
° Plantago subulata,
° Thymelea hirsuta,
° Allium chæmemoly,
° Romulea columnea,

- Espèce remarquable :
° Limonium pseudominutum

(1) "Ce document n'est qu'un outil de connaissance, une aide à la décision en matière d'aménagement du territoire mais ne constitue pas une mesure de protection juridique directe".

maj 15.08.2005